En août 1608 un voyageur anglais du nom de Thomas Coryat, assiste à un concert à l'École Saint-Roch et en écrit ses impressions dans Coryats Crudities :

« Parfois seize ou vingt hommes chantaient ensemble, ayant leur maître ou modérateur pour les garder en bon ordre ; et quand ils chantaient, les instruments jouaient aussi. Parfois seize jouaient ensemble sur leurs instruments qui étaient dix saqueboutes, quatre cornets et deux violes de gambe d’une grandeur extraordinaire ; parfois c’était six saqueboutes et quatre cornets, parfois deux instruments seulement, un cornet et un dessus de viole [violino]. [...] Cette musique était si belle, si délectable, si rare, si admirable, si excellente qu’elle ravissait et stupéfiait même tous ces étrangers qui n’en avaient jamais entendue de pareille. Comment les autres en furent affectés, je n’en sais rien ; mais pour ma part, je puis dire cela : pendant l’exécution j’étais transporté avec Saint Paul au septième ciel. »

 J'aime bien ce genre de descriptions, simple et précise. Saint Paul ok. On voit le genre

Il parlait d'une musique de Giovanni Gabrieli, je me renseigne sur lui parce que c'est l'un des premiers compositeurs à écrire specialement pour le violon (sonata con tre violini 1615)